27 avril 2021

Lutte contre les changements climatiques: Le gouvernement du Québec conclut deux ententes de recherche avec l'Université Laval

Ariane Locat, professeure au Département de génie civil et de génie des eaux, et Jean-Michel Lemieux, professeur au Département de géologie et de génie géologique, dirigeront deux projets de recherche en géotechnique qui permettront, notamment, de mettre au point des mesures de protection contre les glissements de terrain.

Glissement de terrain à Saint-Luc-de-Vincennes, un secteur auquel on s'intéresse dans le cadre d'un des deux projets. Photo : Ariane Locat

C'est la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Mme Geneviève Guilbault, qui a fait l’annonce aujourd’hui de ce partenariat entre le ministère de la Sécurité publique et l'Université Laval.

L'investissement global, qui s'élève à 217 304 $, donne suite à une mesure sous la responsabilité du ministère de la Sécurité publique inscrite au Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques.

Les travaux dirigés par les professeurs Locat et Lemieux seront réalisés au sein du Laboratoire d'études sur les risques naturels de l'Université Laval. Dans son communiqué, gouvernement du Québec affirme que le « premier projet vise à accroître les connaissances sur l'effet des changements climatiques sur la stabilité des pentes argileuses du Québec. Le second, pour sa part, « vise à comprendre la mécanique de la postrupture des glissements superficiels affectant les talus argileux du Québec afin de pouvoir mettre au point une méthodologie permettant d'estimer rapidement la force d'impact des débris de ces glissements superficiels sur les infrastructures ou sur les mesures de protection ».

Pour la ministre Guilbault, l’enjeu des glissements de terrain est une préoccupation essentielle :

« Il est essentiel pour votre gouvernement de mieux anticiper les glissements de terrain qui surviennent au Québec afin de protéger nos citoyens et nos infrastructures. Grâce aux recherches de l'Université Laval, nous pourrons certainement améliorer nos connaissances en géotechnique et nous préparer en conséquence. C'est un réel privilège de nous associer à cette institution, et je remercie les équipes qui travailleront sur ces deux projets pour leur précieuse collaboration. »

De son côté, Sophie D'Amours, rectrice de l'Université Laval, s’est exprimée : « Ces deux projets de recherches sont des démonstrations de l'engagement de la communauté universitaire, de nos professeures et professeurs, envers la société. Les projets de recherche qui reçoivent ce financement aujourd'hui permettront de développer des connaissances dans le domaine de la géotechnique appliquée aux glissements de terrain et de l'implication des changements climatiques dans leur déclenchement afin de mieux planifier l'utilisation du territoire dans les zones vulnérables à ces aléas. Ils contribueront aussi à la formation de personnel hautement qualifié dans ce domaine. »

Nous vous invitons à lire le communiqué officiel.