12 décembre 2018

Percer les secrets des anciens cours d’eau martiens


C’est grâce à son expertise en géologie marine que Dominique Turmel, professionnel de recherche au Département de géologie et de génie géologique, a pu éclaircir une question qui turlupinait les géologues martiens depuis quelque temps déjà. C’est que, sur Terre, la relation entre la largeur d’un cours d’eau et son débit originel est géométrique. Mais comme la gravité est plus faible sur Mars, les géologues martiens ont spéculé que cette différence aurait un effet sur ce rapport et ont donc estimé à la baisse le débit de ses chenaux.

En étudiant les chenaux se formant au fond de 2 étendues d’eau terrestres soumis à une gravité effective différente, Dominique Turmel et ses coéquipiers ont pu mesurer l’effet de la gravité sur cette relation et ainsi conclure que cet effet était nul.

Pour en apprendre plus sur cette recherche fascinante, vous pouvez consulter l’article «Un Nil sur Mars» publié par Le Fil ou encore l’article original paru dans la revue scientifique Geology.